jeudi 24 janvier 2013

Ambiances.


Question de perpétuer la tradition :
un client au taf me parle de la passion de son magnétoscope, de son amour des VHS, j'adore. Il pense qu'il va encore vivre une dizaine d'années (...) mais craint pieusement que son magnétoscope ne meurt avant, cependant ne veut pas passer aux DVD. Je lui assure de l'aider à trouver un magnétoscope d'occasion lorsque ce sera le cas, ses yeux de vieux chasseur raciste & homophobe sont alors quasiment emplis d'amour.
(Dingue comme j'aime les gens dès qu'ils aiment quelque chose, je pourrais les écouter des siècles décrire ce qu'ils aiment humblement et profondément, même le plus insignifiant. Surtout le plus insignifiant.)


Question de saisissement :
Hiroshi Matsumoto


Question de pourquoi j'aime mon travail (1) :
- Que voulez-vous effectuer comme recherche aujourd'hui Mme D. ?
- Oh je vais vous embêter jeune homme : le duffle-coat, j'aimerais m'en trouver un...
- Ah ! vous ne m'embêtez PAS DU TOUT. [surexcité] Alors voyons voir... [clique dans tous les sens] Voilà quelques modèles qui existent dans des magasins en ville... J'imagine que vous voulez le plus en laine possible, boutons en bois ?
- [aux anges] Mais oui... mais même ça ça vous intéresse ?!
- Ahah oui, vous n'avez pas idée comme mon cerveau a toujours faim... Et puis les vêtements avec de belles étoffes, c'est primordial selon moi. Regardez celui-là, qu'en pensez-vous ?!

Le plus merveilleux est que cette dame a fréquemment la même soif encyclopédique, et du coup elle m'a fait chercher/lire des articles sur l'histoire du duffle-coat et du caban, juste génial (==> le caban est conçu pour être boutonné de deux sens suivant que le vent soit de bâbord ou de tribord !).


Question d'écervelisation avancée :
j'informe le techos qui change mes pneus que dernièrement mon fauteuil présente le dysfonctionnement d'être bridé à 8,5 alors que c'est un fauteuil de 10,5 km/h. Il me répond avec son air de taverne : « ah mais vous allez voir avec les nouveaux pneus vous allez très certainement retrouver les 10,5 ! » WTF. « Non mais vous n'êtes pas sérieux là ? [Si si.] Un pneu neuf ne va pas me faire gagner 2 km/h... Vous, vous changez la semelle de vos baskets et vous gagnez quelques kilomètres à l'heure de marche ? » Son cerveau a bloqué ici.


Question de ne pas être né avec le même corps que lui
le frangin : « J'hésite pour un visa d'1 an pour le Canada que je peux avoir là... »
moi : « Oh non non non non non n'hésite pas ! Enfin je transpose, j'ai super envie d'y aller mais c'est très compliqué en étant handi. Mon mais le Canada ! juste t'y vas, quoi ! Les forêts et la nature démentes, une scène culturelle excellente, New York à côté... Non mais Bro... »
le frangin : « Ouais... chai' pas. »

Valides, votre luxe de conditions d'existence me troue l'intelligible. 
(Non non je n'idéalise pas pour autant vos vies, je peux même douter que la mienne serait plus fournie en étant valide, néanmoins vous disposez d'une myriade de capacités qui vous arrangent sacrément bien l'accès au monde dis donc.)


Question de pourquoi j'aime mon travail (2) :
une de mes clientes régulières n'est pas disponible à une session mais m'envoie un vieux monsieur distingué (son BF ?) qui me tend une photo du Flatiron building de New York, ajoutant « elle m'a transmis de vous dire que vous preniez cette photo et que vous la lui rendrez la semaine prochaine lorsqu'elle viendra, vous savez plus précisément ce que ça veut dire ? » J'ai un grand sourire, oui, ça veut dire que je dois faire une recherche sur le Flatiron, et ça me ravit absolument. 

 

Question d'être autiste au placard au travail :
collègue : « Alors cette année tu vas réussir à nous tutoyer ? »
moi : « Je ne sais pas, je ne crois pas. Je ne fais pas exprès de vouvoyer, ça a toujours été comme ça chez moi... C'est comme ne pas retenir vos prénoms, j'essaie mais c'est quelque chose de très étrange, abstrait pour moi... Je n'ai retenu que Bénédicte [j'évite de lui dire : en visualisant de la mayonnaise] mais vous je ne sais plus.
collègue : « Vraiment tu ne sais toujours pas mon prénom ?! Mais ça me vexe ! » [je n'arrive pas à cerner son sourire, si c'est de l'humour ou de la gêne]
moi : « Oui je sais [mains moites], j'ai toujours vexé les gens avec ça. Ça n'enlève en rien ce que j'apprécie des gens, le prénom ou pas. »
collègue : « Non ça va t'inquiète, on fera avec... »
 
Envie de sortir du placard à toute allure.


Question d'être employeur cheap :
recrutements de nouveaux postes d'assistant-e-s de vie à mon équipe, situation fréquente si ce n'est en ultra urgence actuellement, je passe en moyenne 2 à 3 heures par jour à étudier candidatures, mener des entretiens, former des postulant-e-s... Saturation maximum au bout de 13 ans, mis à part quelques collectors :
> à l'entretien le gars qui me dit « moi vous voyez ma passion c'est l'être humain », ah euh...
> la plus belle justification d'une lettre de motivation : « m'étant consacrée à la préservation des objets d’art, de patrimoine culturel, je serais encore plus attentive et délicate avec la préservation et les soins d'une personne », toi t'es trop magnifique !
> « Je souhaite répondre au mieux à vos besoins physiques, médicaux, hygiéniques et sanitaires afin de vous simplifier la vie », genre intervention de l'ONU pour mon cul.
Etc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire