samedi 30 mars 2013

C5



Il y a le matin où au réveil je n'arrive plus à bouger le pouce de la main droite (la main gauche est morte il y a déjà quelques années, je vis à 90 % par des ergonomies adaptées pour le pouce et l'index droits). J'essaye, rien, j'accuse d'être mal réveillé, j'essaye, rien, concentration, nouvel essai, rien, je réunis tout mon Feldenkrais, j'essaye, je ne ressens quasiment plus rien, ou alors le nerf tremble et j'ai la paume de main en sueur.
Oh god no.
Je me mords les lèvres, fais-le-chien respiratoire, balbutie « ne pas paniquer ». Se raccorder à de la réalité, j'informe Jeanne que j'ai un sérieux souci d'érection du pouce. Je sais qu'elle a eu un truc médical tôt avant son taf, je me sens con à lui évoquer mon simple pouce, handi contre valide... Mais à vrai dire un pouce qui est l'équivalent d'une jambe chez un-e valide. Ce qu'elle capte, bien sûr, pour autant on essaie la déconnade tendre.

Jusqu'à ce que je me rende compte que je ne parviens plus à bouger l'index droit non plus. Je me fous sous la douche, j'invoque l'eau volcanique et n'importe quoi commençant à devenir insensé. Sauf que non, l'index niet, copie conforme du pouce.
La même sensation des précédentes pertes neurologiques d'autres bouts de corps toutes ces années, plus d'influx dans le membre. Et je crie presque en essayant de fléchir l'index de toute la force concevable, suis en sueur. Sans vraiment m'en rendre compte il y a aussi peu à peu des larmes. 
Comme dans un aéroport un grand panneau s'affiche dans ma tête, indiquant : ne plus pouvoir conduire le fauteuil, ne plus pouvoir travailler à l'ordinateur, ne plus pouvoir écrire, ne plus pouvoir caresser autrui... (Oui des adaptations existent, en minimum plusieurs mois de financements fastidieux.)

J'appelle le Doc, « ah oui, oh... le pouce et l'index comme ça au réveil... bon, hmm, je vais appeler la neuro immédiatement, vous seriez d'accord pour une hospitalisation en urgence ? », je bredouille un oui à peine conscient.
Jeanne demande que je l'appelle dès que possible. Peux pas.
Je me propose l'amnésie, je m'habille pour sortir marcher dehors. Je fais quelques mètres dans la cour et me rends compte ne plus arriver à conduire. Ok, il se passe quoi... il se passe quoi... il se passe quoi...
J'appelle Jo, Duchesse, Winnie, évidemment tout le monde travaille. Je rentre et regarde le vieux bouquin d'anatomie neuro : nerf médian, de C5 à C8, bah ouais ça coïncide avec ma bestiole interne... Gros blanc après, je pense être resté comme abasourdi dans ma chambre, sans pensée, sans influx. Longtemps. Jo me réveille via téléphone, on pose les choses, je dépose elle repose. Ces gens déments qui peuvent me faire rire en même temps que je chiale.

Essai n° 385 : je parviens à fléchir peut-être 1 ou 2 millimètres de l'index. 
Je re-chiale comme un con illuminé. 
Nouvelle tentative : rien. 
Tentative 387, Feldenkrais maximum : de nouveau 2 millimètres.

L'urgentiste neurologue appelle, des tonnes de questions pour savoir si quelque chose d'inhabituel s'est produit dans mon positionnement de bras (non), je comprends sa procédure jusqu'à ce que je dise fatigué la gorge serrée « on sait quand même vous et moi quelle est ma patho et quel est mon âge... », elle  « oui... oui... bien sûr... Mais il faudrait quand même qu'au plus vite après le week-end vous veniez faire des tests ». Je ne lui en veux pas mais n'ai plus envie de discuter.
Elle insiste qu'en attendant il faut mettre « impérativement » le bras au repos. « Ne l'utilisez pas ! » La bonne blague, mange ton pied toi.

Sauf qu'évidemment elle a raison cette neurologue.
De segments horaires en lendemain je regagne quelques millimètres, faibles mais un peu d'influx, sauf que j'ai mal de plus en plus dans le bras. Jusqu'à l'épaule actuellement.

J'essaie le minimum syndical, sans grande efficacité, 
je me force tous les 4h à des 'armassages' (qui me soulagent pire qu'un orgasme // merci ADV en or), 
je prie discrètement, 
je visualise supra-angoissé une semaine de boulots tarée avant Paris vendredi, 
je ne sais pas foutre-bordel quoi.........



Aucun commentaire: